Image default
Actualité

Martini Racing et Tecno, une union bancale

Luciano Pederzani et Gianfranco Pederzani ont fondé Tecno, d’abord en tant que fabricants de pompe hydraulique, puis en 1961, ils se lancent dans le sport automobile. D’abord en Karting, puis en Formule 3 et Formule 2 où Tecno remportent plusieurs succès.

La marque Martini veut faire son entrée en F1

Tecno débarque en Formule 1 en 1972 avec deux voitures propulsées par un 12 cylindres à plat Tecno. C’est la marque de boissons spiritueuse, Martini, via son dirigeant le Comte Rossi qui convainc les deux frères d’aller dans la discipline reine de la monoplace. Soutenu par la marque Martini, piloté par Chris Amon notamment, Tecno a tout pour réussir sur le papier. Officiellement dénommé Martini Racing Team, les Tecno de Nanni Galli, Derek Bell et Chris Amon se qualifient pour 10 Grand Prix sur 19 participation.

Une équipe, deux « constructeurs »

Les voitures, les PA123/3-4-6 sont conçus par Alan McCall, rejoint par Ron Tauranac qui a revendu Brabham à Bernie Ecclestone. Hélas, des guerres internes, en 1973, vont compromettre la réussite de l’équipe. « Martini Racing » insiste pour concevoir la voiture en Angleterre par John Thompson, « Tecno E731 », alors que Lucinao et Gianfranco font modifier la P123/4 en P123/6 par Alan McCall en Italie. C’est finalement la P123/6 avec Chris Amon qui roulera et décrochera une 6e places et marquera le seul point de l’équipe en 1973. Le néo-zélandais, McCall, quittera l’équipe avant la fin de la saison devant les dissensions interne.

La Tecno-Martini E731 « Goral » ne roulera qu’en essais. Devant ces résultats médiocres, raison officielle, mais surtout les désaccords entre les partenaires, Martini ira voir ailleurs et Tecno se retire de la F1 à la fin de la saison 73.

Martini Racing courra avec Brabham de 1975 à 1977, puis deviendra simple sponsor du Team Lotus par la suite. Martini Racing revient officiellement dans la dénomination d’une écurie de F1 en 2014 avec Williams.

Related posts

La saison 2020 est lancée à Barcelone

Camille Oger

Podium pour Lucie

Camille Oger

Avec Imola, trois courses en Italie

Camille Oger

Ecrivez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Cookies