Image default
Actualité

Le sport automobile durement touché par la pandémie ?

L’épidémie de Covid-19 touche maintenant presque tous les pays du monde. L’économie mondiale subit déjà un énorme ralentissement. L’impact sur le sport automobile risque d’être potentiellement catastrophique au sortir de la pandémie.

La totalité des championnats sont à l’arrêt à l’image de la formule 1, du WEC (Championnat d’Endurance) ou encore de la NASCAR la discipline la plus suivie aux États-Unis.

La F1, l’Indycar et la NASCAR essayent d’occuper leurs pilotes et surtout les fans en leur proposant des épreuves e-sport à la place. Dimanche dernier le pilote Chinois, Guanyu Zhou, pilote de développement de Renault F1 et pilote en formule 2 s’est imposé. Face à lui d’autres pilotes, mais aussi des footballeurs et des tennismen.

L’objectif de ces courses virtuelles est double, occuper les fans, mais surtout donner une visibilité minimale aux sponsors qui sont pour le moment privé de toutes retombées. Des entreprises du monde entier, venant de secteur aussi divers que l’automobile, le tabac, l’alcool, les banques ou encore les services sont engagés aux côtés des équipes.

Sans ces entreprises pas de course automobile, pas de F1, pas de NASCAR. Mais ces entreprises sont aussi à l’arrêt ou perturbée à des degrés divers par le coronavirus. Certaines, hélas, ne se relèveront peut-être pas. Avec c’est peut-être le budget d’une équipe qui va aussi d’effondrer tel un effet dominos. Au-delà du drame sportif, il y aura des drames humains pour ces entreprises et ses équipes.

Une entreprise pourrait également décider de rompre son contrat avec une équipe invoquant un cas de force majeure, afin de survivre. Comment les en blâmer ? Après la crise financière de 2008 le secteur bancaire a massivement déserté le sponsoring, mais aussi le secteur immobilier. Des équipes non put faire face et ont indirectement disparu. Nous pouvons citer par exemple Super Aguri en formule 1.

Il n’est pas non plus à exclure le retrait de programme sportif officiel de grand constructeur automobile, en endurance, en rallye ou encore en formule 1. Les conséquences de la crise de 2008 avaient vu se retirer BMW, Toyota ou encore Honda de la F1. Peugeot Sport a été obligé dans cette période de réduire la voilure, retrait du championnat d’endurance par exemple.

Espérons que les plans de relance des pays et à l’échelle mondiale limiteront la perte d’entreprise et d’emplois. Le sport automobile pourrait être ainsi en partie préservé, mais la vague risque d’être néanmoins violente, du karting à la F1.

Related posts

Les artisans de l’automobile, l’Anjou en abrite un, rencontre

Camille Oger

Ensign, soutiens de Teodore Racing, conflit avec HB Bewake

Camille Oger

Michel Disdier, un pilote Français en NASCAR

Camille Oger

Ecrivez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Cookies