Image default
Actualité

BRM, le champion tombé dans l’anonymat

BRM, pour British Racing Motors, est né de la volonté du pilote Anglais Raymond Mays de créer une écurie nationale, gérer et développer par ce que le sport automobile britannique fait de mieux.

Le projet collectif BRM début en F1 en 1950 pour quelques courses hors-championnat, les vrais débuts de l’écurie ont lieu l’année suivante lors du Grand Prix de Grande-Bretagne. BRM a conçu un étonnant moteur V16. Les débuts sont modestes mais prometteurs.
BRM quitte la F1 après la saison 1951, l’écurie écumera les pelotons de la Formule 2, l’écurie reviens en F1 en 1956 après avoir été rachetée par Alfred Owen. Le retour est difficile. Mais en 1959, Joakim Bonnier offre la première victoire à BRM. La consécration arrive en 1962, Graham Hill remporte le titre pilote et BRM celui des constructeurs.
BRM va demeurer dans la catégorie des Top teams pendant plusieurs saisons avant de commencer à sombrer au classement faute de budget suffisant. La lente agonie s’arrêtera après la saison 77, troisièmes saisons non classé pour BRM.

Related posts

Porsche récupère le record de la piste de Spa avec sa 919 Hybrid Evo

Camille Oger

La résiliation pour non paiement de prime

Camille Oger

Les entretiens à effectuer pour éliminer divers bruits suspects produits par la voiture

Camille Oger

1 commentaire

Vanwall, champion puis s’en va | SportCar Passion | JMB Racing 10 août 2018 at 7 h 51 min

[…] et son entreprise étaient partir prenante de l’aventure BRM en F1 (un consortium de plusieurs sociétés) dans les années 47-49, lassé par la lenteur du […]

Répondre

Ecrivez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Cookies