Un Grand Prix de France compliqué pour Toro Rosso

La saison semble de plus en plus compliquée pour l’équipe de Faenza, la fiabilité du moteur Honda n’est pas en cause. La nouvelle version du V6 Nippon a apporté un gain de puissance sans perdre en fiabilité. Il reste néanmoins en retrait de ses concurrents. La voiture construite en Italie semble elle en revanche être moins bien né que sa devancière, inconstante, surtout dans les courbes rapides. Un casse-tête pour les pilotes et l’équipe.

« De nombreux facteurs entrent en jeu, à commencer par le circuit. Sur des pistes lentes avec des virages serrés, notre voiture est meilleure. Nous connaissons nos déficits et j’espère que nous pourrons éliminer certains d’entre eux au cours des prochaines semaines. Nous aurons un ensemble aéro revu en Autriche, ce qui devrait empêcher des désavantages dans les virages rapides. La gestion des pneus est également un grand sujet. Nous ne devons pas oublier que nous avons deux pilotes qui découvrent plusieurs des circuits, et on ne peut pas s’attendre à ce qu’ils sachent tout tout de suite. » Franz Tost

Pierre Gasly signe le 14e temps des qualifications sur le circuit du Paul Ricard au Castellet à domicile, son équipier Brendon Hartley qualifié 17e, c’est élancé dernier suite à un changement de pièces sur la voiture.

Grille de départ du Grand Prix de France 2018 (Source Wikipedia)

Une seul STR13 à l’arrivée

La course à la maison du français s’arrêtera au premier virage suite à un contact avec son compatriote Esteban Occon (Force India Mercedes). Le pilote Néo-Zélandais, auteur d’une course sans accros, ramènera sa monoplace à la 14e place de la course.

« Ce fut une belle course et propre, mais au départ, il a été difficile de progresser dans le classement, j’ai eu une belle bataille avec Marcus (Ericsson) en début de course, mais il a pris l’avantage après l’arrêt au stand. Je suis resté loin des problèmes dans le premier tour. Plusieurs voitures ont coupé la chicane et à cause de ça, je n’ai pas pu gagner des places, mais au moins j’avais une voiture intacte. »

« Je pensais que nous avions progressé avec la voiture, mais finalement, nous n’étions pas compétitifs aujourd’hui. Je devance les deux Williams, mais je ne pense pas que nous pouvions faire mieux aujourd’hui. C’est délicat lorsque vous prenez le départ du fond de la grille de départ. » Brendon Hartley

« Je me suis mis à l’intérieur, j’ai vu qu’Esteban avait un problème et cassé son aileron avant. Je pensais qu’il m’avait vu et qu’il allait rester au milieu de la course. Mais je pense qu’il ne me pas m’a vu, il resté sur sa trajectoire et a fait comme s’il y avait personne. Je n’ai rien pu faire pour éviter le contact. Je ne pense pas qu’il l’ait fait exprès, mais je suis juste super déçu d’arrêter la course au premier tour. On ne s’est pas vus depuis avec Esteban. C’est sûr que c’est très difficile, c’était un week-end vraiment particulier, où je voulais faire une très bonne course pour le retour du Grand Prix. C’est sûr qu’arrêter après trois virages alors que quelque chose était possible… et s’accrocher entre Français… c’est juste vraiment dommage, il n’y a pas grand-chose à dire. C’est juste dommage. » Pierre Gasly

 

A propos de Camille Oger 74 Articles
Fan de F1 depuis ma plus tendre enfance, je découvre la Scuderia Minardi en 1997, une rencontre qui se transforme en histoire d’amour. De cet amour naît le site les minardistes portail francophone officiel Minardi en 2004. Blogueur à mes heures perdues, pilote karting, et auteur du livre Formula Uno, dans l’ombre de Ferrari.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire