Actualité

Sauvons notre passion, les sports mécaniques

Les sports mécaniques, sont-ils dangereux ? Polluent-ils ? Incitent-ils à l’insécurité routière ? Pour ces trois questions, car c’est ce qui est reproché aux sports mécaniques (auto-moto-camion-bateau) par leurs opposants.


Certains avancent la dangerosité, il est vrai que dans les années 50-60-70 un pilote avait presque une chance sur deux d’y rester, mais la sécurité pour les pilotes, les membres des équipes et des spectateurs n’a cessé d’augmenter. Aujourd’hui, le risque est extrêmement diminué, mais le risque zéro n’existe pas, le décès de Jules Bianchi, de Justin Wilson et de plusieurs pilotes anonymes à travers le monde nous le rappel régulièrement.

La pollution est aussi avancée, la construction d’un circuit, et surtout faire tourner en rond des véhicules polluant. La construction de nouveau circuit est maintenant très rare, quant à la pollution moteur, la technologie hybride ou les courses électriques se multiplient. Les sports mécaniques ont contribué à développer des nouveaux bloc propulseurs bien moins polluant. Pour les courses historiques, les véhicules doivent respecter certaines norme anti-pollution.
La vitesse sur circuit incite les gens à rouler vite pour les anti-sports mécaniques. Ce serait plutôt le contraire. Les pilotes et les équipes participent à des campagnes de sensibilisation, la FIA et d’autres organisme internationaux des sports mécaniques investissent énormément pour la prévention routière. Les circuits sont également ouverts à tous pour justement venir faire de la vitesse en toute sécurité sans le faire sur la route. Pour les plus riches qui possèdent des voitures sportive, des trackdays sont organisés. Le propriétaire vient avec sa voiture sur le circuit rouler toute la journée. Pour les moins fortunés, des stages de pilotage ou des baptêmes sont également organisé sur tout les circuits à travers le monde pour des sommes très faible (moins de 100 € pour quelques tours).
Le Québec subis en ce moment une attaque anti-sports mécaniques sans précédent, des lois visant à interdire et fermer les circuits pourraient être voté prochainement. Le 3 septembre prochain, une grande manifestation est organisée devant le Parlement Québécois pour rappeler aux élus que les circuits sont aussi sûr que des stades, que les voitures ne polluent plus comme avant, et même beaucoup moins et que les circuits permettent aux amoureux de la vitesse de le faire légalement. Nous apportons tout notre soutien à nos amis du Québec.
En France, nous avons connu des années plus sombre qui semblent un peu passer avec le retour du Grand Prix de France. Mais nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle offensive contre notre passion.

Related posts

Giancarlo Fisichella de retour en monoplace

Camille Oger

BRM, le champion tombé dans l’anonymat

Camille Oger

Zenvo une GT Danoise

Camille Oger

Ecrivez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Cookies