Merci monsieur l’agent !

Merci monsieur l’agent !

11 mars 2019 0 Par Jean-Michel Boileau

Dernier argentin à avoir pris le départ d’un grand prix, la carrière de Gaston Mazzacane n’a jamais été au niveau de ses compatriotes José Froilan Gonzalez (première victoire pour Ferrari), Carlos Reutemann ou du quintuple champion du monde Juan Manuel Fangio.

Si peux se souviennent de son passage, il s’en ait fallu de peux pour que le pilote rate son premier grand prix en 2000.

Logé dans la région de Bologne, Gaston doit se rendre à l’aéroport de Milan en compagnie des 30/40 membres de l’équipe afin de prendre un vol vers Singapour suivi d’une correspondance en Malaisie afin de se rendre à Melbourne en Australie pour son premier grand prix.

Endormi dans un fauteuil, Gaston se réveille en sursaut à un peux plus d’une heure du décollage de son avion. Fou de rage, il saute dans une BMW M3 et file vers l’aéroport situé à 280 km de distance à la vitesse de 250 km/h. Si il pu faire une quarantaine de kilomètre sans problème, sa lancé fut stoppé par la police à Modène.

Face à ce fou du volant qui leurs est inconnu, les policiers se montrent ferme mais le pilote est prêt a tout pour ne pas rater son vol.

‘’Si je ratais l’avion à Milan, ma carrière en F1 se serait arrêter avant même d’avoir commencé. J’ai commencé à leur expliqué et je les ai suppliés de me croire. Je leurs ai montré papiers/documents, photos, vêtements et je leurs ai demandé d’appeler cette personne afin qu’elle puisse corroborer mon histoire. Je savais que l’amande serait salé mais j’étais désespéré à continuer ma route.’’

S’étant calmé et face aux preuves fourni par Gaston, les policiers décide de le laisser continuer son chemin vers Milan. Soulagé, le pilote explique que le reste de son trajet devra se faire à au moins 200 km/h s’il veut arriver à temps, ce qui amène les policiers à l’escorter jusqu’à l’aéroport où il arrive à temps pour prendre son vol.

Un des trois pilotes à faire ses débuts avec Jenson Button et Nick Heidfeld lors du GP d’Australie, Gaston se qualifie sur la dernière ligne au côté de Jenson Button et abandonne au 40e tour de la course suite à un bris de boîte de vitesse.

GP Australie – Mazzacane, Button & Heidfelf

De retour en Europe pour la 3e manche de la saison à Imola, Gaston invite les policiers grâce a qui sa carrière F1 pu commencer à assister au gp.

 

SOURCE : www.elgrafico.com.ar/articulo/1015/8573/gaston-mazzacane-huellas-del-ultimo-argentino-en-la-formula-1