Image default
Lola-FORCE THL1

Lola a construit des châssis de F1 de 1962 à 1993 pour des écuries clientes. (Lola MK4 pour Reg Parnell Racing en 1962, Lola T370 pour Embassy-Hill en 1974, en 1981 et 1982 partenariats avec Carl Haas importateur de châssis Lola aux USA, Lola n’est que consultant sur le projet Beatrice/Haas/Lola THL1 et THL2. Lola LC88B pour Larrousse en 88 à 91 ou encore la Lola T93/30 pour BMS en 1993.

Après avoir été concepteur et fournisseur de châssis pour de nombreuses écurie comme Embassy-Hill, Larrousse ou encore BMS en 93, Eric Broadley décide de fonder sa propre écurie de Formule 1. Un châssis est testé pour la première fois en 1995, c’est Allan McNish qui en est le pilote. Fin 96, Broadley annonce l’entrée en championnat du monde de Formule 1 de l’écurie Lola pour 1998. MasterCard, sponsor principal de l’écurie, le persuade de débuter plus tôt. Ce sera donc pour 1997.

Pour Lola, cet engagement rapide sera très loin d’être un succès, pour preuve, l’écurie est des fois oublié dans la liste des engagées de la saison 1997. La voiture, la T97/30, est issus de la technologie de l’indycar ou Lola a une grande expérience et a très peu tournée en essais privé.

La voiture a été conçue en à peine trois mois et n’est pas passée en soufflerie. Vincenzo Sospiri et Ricardo Rosset sont engagés pour défendre les couleurs de Lola en piste. Ils seront les grands perdant de l’aventure. Lorsque la voiture fait ses débuts en Australie 97 le manque de test et la lourdeur de la voiture apparaissent au grand jour. Sospiri et Rosset ne seront pas qualifiés, échouant à 11 et 13 secondes des 107 % donnant droit à se qualifier. Les sponsors, pourtant instigateur de cet engagement rapide, se retireront après le GP d’Australie.

Lola T97/30, Melbourne 1997

L’écurie fait néanmoins le voyage pour le second Grand Prix de la saison au Brésil. L’écurie déclare forfait le mercredi précédent la course et annonce en même temps le retrait définitif de l’équipe du championnat de F1 pour cause de problèmes technique et financier.

La société Lola Cars au bord de la faillite sera rachetée par l’entrepreneur Irlandais Martin Birrane. En 2009 Lola annonce qu’elle est candidate pour revenir en F1, une maquette est présentée à la presse. Lola ne sera pas retenue par la FIA. Lola continue de fournir des châssis au championnat Auto GP et pour l’endurance jusqu’en 2012, date de la liquidation de la socièté. La branche composite de Lola est reprise et continue à ce jour ses activités, notamment de soufflerie avec des équipes de F1, mais aussi d’endurance.

Related posts

Fondmetal en F1

Jean-Michel Boileau

FIA GT Championship Manufacturer series début de saison pour Alexandre Verdier

Camille Oger

La V8 New Vantage de chez Aston Martin

Camille Oger

Ecrivez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Cookies