Nous avons déjà parlé à plusieurs reprise de sponsoring par des cigarettiers *, sponsors titre et n°1 pour ne nombreuses écuries entre la fin des années 60 à la fin des années 90, Marlboro Racing Team, Marlboro Mclaren, Marlboro Ferrari, JPS-Lotus, Ligier-Gitanes (puis Gauloise), Mild Seven avec Benetton puis Renault, West avec Mclaren ou encore British American Racing (BAR) dont l’actionnaire n°1 était British American Tobacco.

En 1994 une étrange écurie fait son apparition en sport automobile, Raël Racing Team. L’équipe est la propriété de Claude Vorilhon aussi connu sous le nom de Raël, gourou de la secte éponyme qu’il a fondé en 1974 après une rencontre avec des extra-terrestre à l’origine de la création de tout **.

De journaliste automobile à gourou

Claude Vorilhon est un ancien pilote et journaliste automobile dans les années 70. Il était à la tête de la revue « Auto-Pop » avant sa « rencontre ». Après avoir fondé son « mouvement religieux » (le mouvement a été inscrit sur la liste des sectes dangereuses par la Commission parlementaire sur les sectes en France de 1995, qui lui reprochait le caractère exorbitant des exigences financières, un discours plus ou moins antisocial et de causer des troubles à l’ordre public.) en 1974, il met un terme à sa carrière. Selon sa biographie, il a été semi-finaliste du volant Winfield F3 Racing School à Magny-Cours en 1968, puis remporté quelques courses et podiums en course de côte, slalom et rallyes.

« A la demande » de ses adeptes, il reprend donc le volant en 94 au sein de sa propre équipe avec pour commanditaire n°1 le mouvement « UFOlandRaël ». Son équipe débute donc en championnat de tourisme au Japon. Puis au Canada la saison suivante. Toujours au Canada, il se lance dans le championnat Super Tourisme local, avec une 8e position comme meilleurs résultats lors de la manche de Montréal au volant d’une Chevrolet Corvette.

rael_racing_team

À partir de 1997 Raël s’essaiera au GT, puis à la NASCAR, avant de revenir en GT terminer définitivement sa carrière en 2001, année ou l’équipe cesse également toutes activités.

Aux États-Unis, des églises réformées (protestantisme) ont déjà sponsorisé des voitures pour des événements comme les 500 miles d’Indianapolis ou Daytona. L’église de la Scientologie (En France, le rapport parlementaire de 1995 qui dressait une liste indicative des sectes y désignait la scientologie comme une secte. Un rapport de 1999 de la MILS la classait comme secte « absolue » et recommandait sa dissolution.) en 1988. La Lola-Cosworth #2 de Roberto Guerrero vois le mot « Dianetics » (terme Scientologue) apposé sur ses flancs. Après s’être qualifié 26e sur 45 pour 33e partants, il abandonne sur un accident dans le deuxième tour.

1988-CAR-2_scientologie

Même si cela reste marginal, les religions et sectes ont donc également essayé de faire du prosélytisme via le sport mécanique. Au même titre que l’industrie du Tabac, les Alcooliers, les marques de préservatifs ou encore le magazine Play Boy. Pour ces derniers, nous y reviendrons dans un prochain article.

* Fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage.
** Selon le Mouvement Raëlien classé comme sectaire en France depuis 1995.

Related posts

Imbroglio judiciaire chez Stroll-Force India à Spa

Camille Oger

F1 | Gp Italie, MINARDI « Une hirondelle ne fait pas un été, mais… »

Camille Oger

Ingo Gerstl survol Hockenheim avec sa Toro Rosso

Camille Oger

Ecrivez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Cookies