Hier, l’Émirat d’Abou Dhabi accueillait la dernière manche du championnat du monde de Formule 1 2018. Lewis Hamilton sur Mercedes parti en pole position s’est imposé sur une piste recouverte d’une fine pellicule de sable et sous une petite averse de pluie. Il devance son dauphin au championnat du monde, l’Allemand Sebastien Vettel de la Scuderia Ferrari et le jeune Max Verstappen pour Red Bull Racing propulsé par un moteur Renault client badgé Tag Heuer.


L’autre événement dimanche sur le circuit de Yas Marina, outre la fin de saison, c’était le dernier Grand Prix de Formule 1 du double champion du monde Espagnol Fernando Alonso. Le pilote des Asturi a terminé sa 312 courses de Formule 1 en 315 engagements, au volant de sa Mclaren-Renault, en 11e position.

Premier pas en Formule 1 en 1999 avec Minardi

Alonso a débuté sa carrière en Formule 1 au sein de la Scuderia Minardi en 2001 à Melbourne en Australie. Soutenu par Telefonica, et Flavio Briatore, repéré par Gian Carlo Minardi, Paul Stoddart, qui vient de sauver l’écurie, décide l’aligner aux côtés de Tarso Marques qui a déjà roulé pour l’équipe en 1997.

Les premiers tours de roues du pilote espagnol en Formule 1 se déroulent en décembre 1999 sur le circuit de Jerez avec Minardi. À bord de la M01, Alonso impressionne Gian Carlo Minardi et Gabriele Rumi. L’équipe Minardi décide de lui offrir le poste de pilote de réserve pour la saison 2000. Avec un budget limité, Minardi ne peut lui offrir beaucoup de séances d’essais, Alonso roule néanmoins à Fiorano en août 2000 au volant de la M02-Fondmetal (Ex Ford Zetec).

Il effectue toute la saison au sein de la petite équipe italienne au volant de la PS01-European (Ex Ford Zetec), sa meilleure qualification est une 17e place lors du Grand Prix des Etats-Unis sur le circuit d’Indianapolis. Son meilleur résultat en course est une 10e place en Allemagne (à l’époque seul, les 8 premiers marquent des points). Alonso domine ses deux équipiers, Tarso Marques en début de saison plus expérimenté, et le néophyte Malais Alex Yoong en fin de saison.

Impressionnant chez Minardi, il teste pour Renault qui le signe pour la saison 2002. Fernando Alonso deviendra champion du monde en 2005 et 2006 avec Renault, remportera 32 victoires, signera 22 pole positions, 97 podiums, 23 meilleurs tours en course et marquera un total de 1899 points. Après avoir signé chez Renault en 2002, il trouvera refuge chez Mclaren-Mercedes en 2007, avant un retour dans l’équipe française. En 2010, il intègre la Scuderia Ferrari avant de signer à nouveau chez Mclaren en 2015.

En 2017, il participe avec Andretti Autosport et le soutien de Mclaren aux 500 miles d’Indianapolis au volant d’une Dallara-Honda. En 2018, il remporte les 24 heures du Mans avec Toyota. En 2019, il tentera de remporter avec Toyota un second tour d’horloge et s’engager une seconde fois avec Mclaren Racing (seule cette fois-ci) aux 500 miles d’Indianapolis.

 

Laisser un commentaire