Le carrossier milanais Zagato est connu pour ses réalisations pour plusieurs constructeurs de renom, incluant : Alfa Romeo, Aston Martin, Lancia, Lamborghini, et Maserati.

En 1972, Zagato construit une micro voiture électrique nommé Zele 1000 (ce chiffre indique la puissance électrique en watt) qu’il présente lors du 54e salon de l’automobile de Turin.

Avec un début de production prévu en 1974, le carrossier s’associe avec le « Racing Show » de la foire de Bologne (BolognaFiere) en novembre 73 pour l’organisation d’une course 100% électrique sur une reproduction miniature du circuit d’Imola.

Le 27 novembre, les pilotes italiens Andrea de Adamich (F1), Arturo Merzario (F1), Gabriele Serblin (F2), Lella Lombardi, Mario Casoni (voiture de sport), Sandro Munari (rallye) et le pilote de la Scuderia del Passatore et champion de Formula Italia, Giancarlo Martini sont rejoint par les 4 pilotes de F1 : Clay Regazzoni, David Purley, James Hunt et Ronnie Peterson ainsi que par le retraité Stirling Moss afin de prendre part au 1er Gran Premio ZELE – AUTOSPRINT.

Grâce à une dispense spéciale du CSI et de la CSAI ainsi que du GPDA, les pilotes ne seront pas obligés de porté casque et combinaison, la plupart prenant le départ en veston-cravate.

Avec 8 Zele de disponible pour 12 pilotes, le grand prix est divisé en 3 manches de 4 entrées, la première mettant en vedette : Casoni (#1), Merzario (#3), Purley (#5) et Martini (#7), aucun de ceux-ci n’ayant à porté de casque et combinaison suite à des dispenses spéciales du CSI, CSAI et GPDA, la plupart prenant le départ en veston-cravate.

Ayant volé le départ donné par Jackie Stewart, Giancarlo Martini doit faire un arrêt comme pénalité alors que Merzario et Casoni se livre un bon duel en tête. Ayant réussi à rattraper Purley, Martini parvient à prendre le dessus après que Peterson aie jeté une épingle dans la roue de Purley. Au bout des 5 tours, Merzario remporte la manche.

La 2e manche met aux prises Regazzoni (#4) et Peterson (#8) qui se livre une chaude lutte en tête suivi par James Hunt (#6) qui éprouve des problèmes de boîte de vitesse alors que Munari (#2) souffre d’un manque de puissance. Regazzoni remporte l’épreuve avec une avance de 2 dixièmes de seconde.

Serblin (#1), de Adamich (#3), Lombardi (#5) et Moss (#7) prennent le départ de la 3e manche avec les Zele utilisées lors de la 1ere. Recevant une poussé de Hunt et Purley lors du départ, Moss se retrouve au 3e tour dans le pare-choc de Lombardi à l’approche de la courbe ‘Tosa’ et pousse l’italienne tout en court-circuitant le tracé ce qui lui fait prendre la tête. Vainqueur de la manche, la manœuvre de Moss soulève de nombreux griefs parmi le public mais surtout de la part de Regazzoni qui réclame sa disqualification. Le directeur de la course, Paolo Moruzzi déclare qu’il ne faut pas se formaliser de la chose et puisque aucun rapport d’incident n’à été produit, il n’y a rien à faire.

Au classement général, Sterling Moss remporte l’elettrofeo FIAMM devant Regazzoni, Martini se classant 11e.

SOURCE : Autoblog.it, Autosprint, Chronologie de l’automobile 1972 (Benoît Flandre/Éditions AUTOrama), Elcar and Pratt Automobiles – The Complete History (Williams S. Locke), republica.it, zagato.it

Laisser un commentaire