Image default
Minardi

Giancarlo Minardi n’apprécie pas la « W10B » de Racing Point

Le fondateur de la marque « Minardi », devenu AlphaTauri en Formule 1, n’a que peu apprécié de voir la Mercedes W10 championne du monde 2019 « repeinte en rose » chez Racing Point. Pour lui le concept entre Red Bull et Toro Rosso, ou encore Ferrari et Haas était déjà limite. Pour Giancarlo Mercedes et Racing Point on franchit un pas de plus. De simples échanges de pièces et de données pour les marques précédentes, RP est devenu juste un assembleur de voiture et non plus un constructeur.

En tant que constructeur, Minardi n’a que très rarement acheté des pièces et d’autres. Peut-être que la situation sportive de l’époque aurait été tout autre. Mais la petite équipe de Faenza malgré un budget faible préférait fabriquer le maximum en interne, châssis, transmission, boîte de vitesse, etc. À tel point que certaines saisons la voiture n’était qu’une version B de la voiture de l’année précédente faute de moyen.


Ainsi, la PS01 est une évolution de la M02, ce sera le cas jusqu’à la dernière Minardi, la PS05. Cela a aussi été le cas par le passé, ainsi la voiture de 96 est une M195B les finances étant dans le rouge. L’arrivée de Flavio Briatore en 1997 comme actionnaire ni changera rien. Ce dernier, voulant « offrir » à Minardi des pièces de chez Benetton avant de vendre l’équipe à BAT (qui achètera finalement Tyrrell). Giancarlo Minardi et Gabriele Rumi mettent Briatore en minorité et reprennent le contrôle complet de l’équipe. Les pièces resteront fabriquées en interne.

Minardi M195B

« Les clones sont un problème pour la Formule 1 car ils déforment le concept de constructeur. Ferrari et Red Bull avaient déjà ouvert la voie respectivement avec la forte « collaboration » avec Haas, surnommé Ferrarina, et Toro Rosso, mais dans ce cas précis, Mercedes a fait un pas décisif en remettant la voiture championne du monde à Racing Point »

« Les temps de Perez et de Stroll confirment toute la puissance du projet W10, ainsi qu’un potentiel inexprimé. Si les chronos sont confirmés à Melbourne, Ferrari et Red Bull en paieront les conséquences. Les vrais constructeurs devront peut-être se battre contre un clone, ou une voiture cliente comme ils aiment l’appeler. »

« C’est une route à ne pas emprunter du tout. Le passage du constructeur à l’assembleur est très court », commente Gian Carlo Minardi.


La F1 d’aujourd’hui, doit-elle aller vers quelques constructeurs et des assembleurs, ou rester strictement composés de constructeurs ? Le règlement 2021 semble aller vers la voie du constructeur, mais avec de nombreuses pièces standard. Un compris donc.

Racing Point RP20

Related posts

Giancarlo Minardi, le point avant la Turquie

Camille Oger

Rêves brisés

Jean-Michel Boileau

BMS Scuderia Italia

Jean-Michel Boileau

Ecrivez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Cookies