Douche froide à Monza après une Q3 en qualification

Nous le savions, Monza le circuit le plus rapide de la saison demande un moteur très puissant. Le moteur Honda pêche encore de ce côté-là et pourtant tout était permis samedi soir après les qualifications. Pierre Gasly venait de signer une très belle 9e position sur la grille de départ, Brendon Hartley était seulement 18e. Pour ce dernier, la course s’est terminée avant le premier virage après l’extinction des feux. Le Néo-Zélandais s’est retrouvé coincé entre une Sauber et une Mclaren, et à brisée sa suspension avant droite.

Pas de miracle en course de la part de Pierre Gasly

Le français de chez Faenza n’a pas pu briller à domicile pour son équipe, une arrivée dans les points aurait été une belle façon de célébrer la victoire il y a 10 ans. Hélas pour lui et toute l’équipe Toro Rosso un accrochage avec Fernando Alonso (Mclaren) au départ à ruiné la belle qualification. L’équilibre de la voiture ayant été endommagé dans le choc, Pierre Gasly n’a pu faire mieux que de ramener la voiture à l’arrivée hors des points en 15e position. Sans cet incident, une 10e position à l’arrivée était tout à fait envisageable. Cela démontre les progrès accomplis par le motoriste japonais en terme de puissance, même s’il reste encore du travail à accomplir.

 

Pierre Gasly 15e : « Le départ était très moyen, puis j’ai été enfermé au premier ou deuxième virage, j’étais en bagarre avec Alonso, au premier virage, on était côte à côte, il ne m’a laissé aucune place et arraché la moitié du fond plat. C’était dur, je perdais énormément de grip à cause des dégâts, et je glissais énormément, dès les premiers tours. Donc non, ce n’était pas une journée plaisante. »

 

Brendon Hartley (Abandon) : « J’attendais vraiment mon premier Grand Prix de F1 à Monza avec impatience. Je me suis senti très fort tout au long du week-end et j’étais très proche de Pierre (Gasly) en qualifications, même si j’étais plus loin sur la grille, j’étais confiant de pouvoir faire une course solide. »

« Malheureusement, juste après le départ, Ericsson s’est légèrement déplacé vers la gauche en essayant de me dépasser. Ce n’était pas si agressif que cela mais il y avait la McLaren de Vandoorne à ma gauche… C’était suffisant pour mettre fin à ma journée avant le 1er virage. »

« C’était une belle course à regarder depuis le muret des stands, mais bien sûr j’aurais préféré être sur la piste et finir la course. »

 

Rendez-vous à Singapour pour le prochain Grand Prix de la saison 2018 de Formule 1, un circuit urbain ou les pilotes Toro Rosso pourraient rapporter quelques points.

A propos de Camille Oger 64 Articles
Fan de F1 depuis ma plus tendre enfance, je découvre la Scuderia Minardi en 1997, une rencontre qui se transforme en histoire d’amour. De cet amour naît le site les minardistes portail francophone officiel Minardi en 2004. Blogueur à mes heures perdues, pilote karting, et auteur du livre Formula Uno, dans l’ombre de Ferrari.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire