Brésil 03 – Une chance de victoire

Lorsque l’édition 2003 du grand prix du Brésil fut arrêter au 55e tour de 71 prévu suite à la violente collision de Fernando Alonso avec une roue détachée de la Jaguar accidentée de Mark Webber, Giancarlo Fisichella se met à célébrer sa première victoire en F1 avant de se faire dire qu’il est 2e puisque le classement de l’épreuve au 53e tour est celui qui prévaut, la victoire revenant à Kimi Räikkönen.

 

Suite à ce grand prix chaotique, plusieurs pilotes (David Coulthard, Ralf Schumacher, Jenson Button) affirmeront qu’ils auraient pu remporter l’épreuve n’eue été des aléas mais la plus surprenante, fut celle du directeur de l’équipe Minardi, Paul Stoddart qui affirma que son pilote Jos Verstappen avait la stratégie pour gagner mais n’avait pas eu la chance de son côté.

 

Outre le changement d’allocation des points et le format de qualifications, la saison 2003 oblige les manufacturier de pneumatiques (Bridgestone et Michelin) a n’apporté qu’un type de pneu pour piste mouillée (intermédiaire ou pluie) lors de chaque course afin de réduire les coûts. Pour l’épreuve brésilienne, les deux décident de n’apporté que des intermédiaires.

 

Alors que les essais du vendredi débutent sur piste sèche, la pluie se met de la partie et les conditions s’annonce extrêmement difficiles pour la séance de qualifications (14h à 15h) ce qui poussent les pilotes Jarno Trulli (Renault), David Coulthard (McLaren) et Michael Schumacher (Ferrari) à demander l’annulation de celle-ci. La diminution des précipitations permettra la tenue de la séance qui voit Mark Webber (Jaguar) signé le meilleur temps sur une piste qui s’est asséchée.

 

Les essais libres et la 2e séance de qualifications tenues le samedi se déroulent sur piste sèche, les pilotes Minardi, Jos Verstappen et Justin Wilson se classant 19e et 20e sur la grille.

 

Si la séance de réchauffement tenue le dimanche matin se déroule sur le sec, un violent orage s’abat sur le circuit quelques minutes après causant l’inondation de la salle de presse et l’annulation de la parade des pilotes.

 

Face a cette situation et aux prévisions qui prévoit encore des fortes averses, Stoddard se dit que la voiture de sécurité risque d’être envoyer en piste a plusieurs reprise et que la course pourrait même être arrêtée avant son terme. Afin de tirer avantage de ce scénario hypothétique, il propose que le mulet soit régler pour des conditions de pluie et qu’il soit rempli à rebord d’essence espérant que son pilote puisse rester en piste alors que ses adversaires auront à s’arrêter aux puits. Face à ce scénario que plusieurs ingénieurs trouvent complètement fou, Paul qui n’interfère normalement pas dans leurs choix, leurs répond qu’il ne s’agit pas d’une proposition mais d’un ordre et que le pilote qui disposera du mulet sera choisi par un tirage pile ou face. Gagnant du tirage, Verstappen dit à son patron que son pari est ‘stupide’ ce à quoi Paul lui rétorque ‘fait moi confiance’.

 

Les qualifications s’étant déroulé sur piste sèche, la FIA autorise à 12h30 les équipes à modifier les réglages de leur monoplaces puisque malgré une accalmie, la piste est détrempé. À 30 minutes du départ prévu à 14h, une forte averse refait son apparition forçant le report du lancement de l’épreuve de 10 minutes avant d’être modifier pour un départ à 14h15 derrière la voiture de sécurité.

Ayant rencontré des problèmes de moteur lors du tour de formation de la grille, Jos saute dans le mulet et prend le départ de la ligne des puits, tout comme Heinz-Harald Frentzen (Sauber), Ralph Firman (Jordan) et Antonio Pizzonia (Jaguar) ce qui leur permet de rejoindre le peloton alors qu’Olivier Panis (Toyota, 1er tour) et Giancarlo Fisichella (Jordan, 7e tour) s’arrête aux puits pour prendre de l’essence et chaussé de nouveaux pneumatiques.

 

Au 9e tour, la voiture de sécurité rentre et le vert est donné avec Wilson en 12e position et Verstappen en 15e avant de se faire dépassé lors du tour suivant par Pizzonia. Puis au 16e tour, Wilson toujours 12e, devient la première victime de la rivière à la Curva do Sol (virage no. 3) qui l’envoie en dérapage dans la zone de dégagement. N’ayant subit aucun dommages, le britannique ne sera pas en mesure de reprendre la course puisque le système anti-calage de sa PS03 ne s’enclenche pas.

 

Au 18e tour, Ralph Firman subit une rupture de suspension qui lui fait perdre le contrôle de sa voiture évitant de justesse le contact avec son coéquipier Fisichella, il ne pourra éviter la Toyota de Panis qu’il percute à l’arrière ce qui oblige l’intervention de la voiture de sécurité. Alors que le meneur Kimi Räikkönen (McLaren) reste en piste, les 10 voitures suivantes rentrent aux puits ce qui permet à Verstappen 15e de monter à la 11e position.

À la fin du 22e tour, la course est relancée et Ralf Schumacher dépasse Verstappen qui retournera à la 11e position le tour suivant suite à l’arrêt de Frentzen. Puis au 25e tour, la Curva do Sol fait deux victimes de plus alors que Montoya (Williams) dérape et frappe le mur suivi de Pizzonia dont la monoplace heurte la Williams. Malgré la tenue de route difficile à cet endroit précis du circuit, la présence de travailleurs de piste et d’une grue mobile, seul un drapeau jaune localisé est déployé. Deux tour plus tard, Michael Schumacher perd également le contrôle de sa Ferrari dans cette courbe, sa monoplace frappant le mur de protection, à quelques mètres de la grue. Cet événement amène la troisième sortie de la voiture de sécurité ce qui n’empêche pas Fernando Alonso (Renault) de dépassé Verstappen alors 9e devant Fisichella. Les arrêts aux puits de Räikkönen et da Matta (Toyota) font monter Verstappen au 7e rang qui se fait relégué au 8e rang lors de la relance de l’épreuve lorsque Räikkönen dépasse Fisico et Jos pour prendre la 7e position.

 

Toujours 8e au début du 31e tour, Jos perd le contrôle de sa monoplace à la Curva do Sol sans toutefois l’endommagé mais tout comme son coéquipier, il ne peut repartir puisque le système anti-calage ne s’enclenche pas. Avec deux voitures non-endommagées hors-course Paul quitte le muret des puits et rentre dans le garage de l’équipe dans lequel il lance son casque d’écoute sachant que son équipe vient de perdre une occasion en or d’inscrire des points. Deux tours plus tard, Jenson Button (BAR) devient la 6e victime de la Curva do Sol, ce qui entraine une quatrième sortie de la voiture de sécurité.

La course est relancée au 37e tour avec Coulthard en tête suivi de Barrichello (Ferrari) alors qu’Alonso 4e se voit infliger une pénalité de passage aux puits au 42e pour son dépassement de Verstappen sous drapeau jaune, le faisant passer du 4e rand au 9e. Au 45e tour, Barrichello prend les commandes au 45e tour, alors que Fisichella est 4e. Le rêve de Rubino de remporter son grand prix national s’évapore au 47e passage alors qu’il abandonne sur bris de pompe a essence. Le tour suivant, Ralf Schumacher (Williams) s’arrête aux puits, Fisichella montant à la 3e position puis à la 2e lors de l’arrêt de Coulthard au 52e tour. Meneur suite à l’arrêt de son coéquipier, Räikkönen fait une petite erreur dans la 3e section du 54e tour ce qui permet à Fisichella de prendre le contrôle de l’épreuve qui sera arrêter le tour suivant suite à un accident de Mark Webber dans la dernière courbe du circuit qui laissa plusieurs débris sur la piste que Fernando Alonso ne pu éviter, l’envoyant frapper le mur suite à plusieurs tournis (www.facebook.com/Formula1/videos/2260517447305466/). De retour dans la ligne des puits, le moteur Ford de la Jordan de Fisichella prend feu dans le parc fermé.

 

Sur place, on déclare Kimi Räikkönen vainqueur de l’épreuve mais les résultats furent révisé par la FIA lorsqu’il fut démontré que Fisichella avait commencé son 56e tour au moment de l’arrêt de la course, faisant ainsi du classement de l’épreuve à la fin du 54e tour celui qui prévaut.

 

Devant le futur vainqueur avec un écart de 1.4 secondes au 30e tour, est-ce que Jos aurait pu réellement gagner ce grand prix? On peut le penser puisque lors de ses deux derniers tours (26e et 30e) il était plus rapide que Fisichella qui l’avait été lors des tours 23 à 25. Puisque, outre son dépassement suite à une erreur de Räikkönen, toutes les places gagné par Fisichella l’ont été grâce a des abandons, pénalité et arrêts aux puits, ce qui nous mène à croire qu’avec un arrêt de course au 54e tour, Jos aurait pu être le vainqueur de cette course ou a tout le moins monté sur le podium, ce qui aurait été une première.

 

Dans un scénario hypothétique ou Jos aurait été en 1ere position et Fisichella en 2e, est-ce que le pilote italien aurait tenté une manœuvre de dépassement? Paul lui posa la question dans le vol de retour et la réponse du pilote qui à eu sa première chance en F1 avec Minardi fut ‘’tenté de dépassé une Minardi qui est sur le point de remporté une course? Tu es fou?’’

GP Brésil 03 – Fisichella/Verstappen Laptimes graph
GP Brésil 03 – Lap Chart

 

GP BRÉSIL 2003 – PART 1 (https://www.dailymotion.com/video/x3xjbu0)

Sortie de piste de Justin Wilson = 33m52

Entrevue avec Justin Wilson = 52m20

Sortie de piste de Jos Verstappen = 56m29

 

GP BRÉSIL 2003 – PART 2 (https://www.dailymotion.com/video/x3xs8wx)

Reprise de toutes les sorties de piste à la Curva do Sol = 2m57

 

ENTREVUE AUDIO DE JUSTIN WILSON (anglais) ET JOS VERSTAPPEN (néerlandais) APRÈS LE GP DU BRÉSIL 2003

https://web.archive.org/web/20031205122250/http://www.trust.com:80/f1/interviews/interview.htm?gp=1 (un avertissement vas apparaitre vous demandant ‘’ Do you wish to load the complete frameset?’’, cliquer sur annuler)

 

SOURCES : Atlas F1, Crash.net, Dailymotion.com, Forix.com, Forza Minardi! by Simon Vigar, Minardi.it, Trust.com/f1, Verstappen.nl, Wikipedia

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire